Étiquettes

, , , , ,

Le 23 juillet et le 9 août, nous avons récolté les pommes de terre que nous avions plantées le 1er avril dernier.

IMG_20180808_102327

Les patates occupaient 4 planches de 11 à 12 mètres de long, 1,20 m de large et 2 rangs par planche. La surface totale était de 69 m² en incluant les passe-pieds.

Les semences proviennent de Payzons Ferme pour la quasi-totalité. Les variétés plantées sont les suivantes : Apollo 4,5 Kg en calibre 28/40 et Eden 12 Kg en calibre 40/45.

La variété Apollo occupait 1,5 planches de 12 ml soit 27 m² et la variété Eden était sur 2,5 planches de 11 ml soient 42 m².

Voici les résultats de la récolte de ces pommes de terre :

  • Apollo : 96,36 Kg récoltés dont 14,93 Kg destinés au cochon (tubercules verts, abîmés ou d’un calibre inférieure à 25 mm). La proportion de cette dernière catégorie est donc de 15,49 %. Le rendement total par m² est de 3,57 Kg. Le rendement valorisable est lui de 3,02 Kg/m².
  • Eden : 203,35 Kg récoltés dont 25,01 Kg pour le cochon soient 12,3 %. Le rendement total par m² est de 4,84 Kg. Le rendement valorisable est lui de 4,24 Kg ce qui reste assez important.

Voyons maintenant de quelle façon ces pommes de terre ont été conduites. Les planches sont placées dans un jardin que nous cultivons depuis l’année dernière pour la partie où se situait la variété Eden et pour ce printemps pour la variété Apollo. Ce jardin est conduit selon les principes suivants : pas de travail du sol, concentration de la fertilité sur des surfaces réduites, emploi systématique de mulchs nourriciers.

A l’automne, les planches destinées à recevoir la variété Apollo ont reçu une dizaine de centimètres de fumier de brebis provenant de la bergerie toute proche. Puis, en fin d’hiver une bâche noire d’occultation a été posée plusieurs semaines sur les planches avant la plantation afin de dévitaliser les plantes spontanées qui avaient poussé à travers la couche de fumier. Les planches implantées en Eden avait pour la part reçu une importante quantité de fumier l’année précédente et des courges avaient été cultivées avant les pommes de terre. Là les pommes de terre ont été enfouies superficiellement dans le sol en utilisant un sillonneur (cf photo en haut à gauche).

Les semences ont été plantées dans le fumier au niveau du sol puis les planches ont été recouvertes d’une couche d’environ 20 cm de vieux foin. Au préalable 2 gaines d’irrigation par planche ont été placées au niveau du sol à proximité des plants.

Ce sont les seules opérations culturales qui ont été effectuées en dehors de la récolte. Avec la pluviométrie du printemps et du début de l’été il n’y a eu aucun arrosage réalisé. En effet, les 286,5 mm d’eau tombés durant cette périodes ont été suffisants pour la culture. Il est à noter que 117,5 mm sont tombés au mois de juillet alors que la moyenne pour ce mois depuis 2005 est de 53 mm.

Voilà pour ces résultats qui sont assez intéressants et qui démontrent qu’il est possible de produire de façon conséquente sur de petites surfaces à condition de gérer convenablement la fertilité du sol, de le travailler au minimum et de le couvrir de matières organiques.

Publicités