J’ai été interpellé ces derniers jours par 2 personnes qui avaient des problèmes sur laitues : infestation de pucerons sur les racines même des plants causant leur dépérissement. Après recherche, il s’avère que ces pucerons sont des pucerons lanigères (ou laineux) des racines Pemphigus bursarius. Ces pucerons peuvent attaquer les laitues voire d’autres légumes (chicorée, artichaud, carotte ou haricot) souvent à proximité de leur hôte primaire qui est le peuplier et notamment le peuplier noir. Voici quelques photos prises sur un plant de laitue atteinte chez un habitant de Saverdun :

 

Les moyens de lutte « classiques » contre les pucerons sont utilisables mais le problème est l’accès aux colonies sur les racines des plantes.

D’après un article sur le site de Terre Vivante on peut procéder en curatif à des arrosages avec divers produits ou préparations :

  • anti-puceron du commerce aux extraits de pyrèthre, aux doses indiquées
  • purin de fougère (850 g dans 10 litres d’eau, macération une semaine, dilué à 10 %)
  • décoction de tanaisie (400 g dans 10 litres d’eau, macération 24 heures, faites bouillir 15 mn, utiliser non diluée).

J’ajouterai la possibilité d’un traitement avec du macérât huileux d’ail à 5 % et du savon noir à 3 %. Le macérât huileux d’ail est en effet un bon insecticide et son effet et renforcé par l’effet asphyxiant du savon noir.

Le macérât huileux d’ail est très facile et rapide à préparer : prendre 100 g d’ail avec la pelure, hacher finement. Mélanger dans 3 cuillères à soupe d’huile végétal. Laisser macérer 12h à couvert et à l’abri de la lumière puis mettre la préparation dans une passoire à mailles fines et faire passer 1 l d’eau (de pluie de préférence ou du robinet mais sans trop de chlore) pour récupérer l’huile contenant les principes actifs extraits de l’ail. La solution obtenue est à utiliser diluée à 5 %. L’ail est en outre un bon fongicide et bactéricide.

L’article de Terre Vivante ajoute que des arrosages réguliers par temps sec et le binage perturbent les colonies. On peut coupler ces opérations avec les traitements.

Bon courage aux jardiniers !

Publicités