Étiquettes

, , , ,

Nous sommes à la fin du mois de septembre et je regarde le ciel en attendant désespérément la pluie. Tout est sec, tragiquement sec. Les animaux n’ont plus d’herbe à pâturer car les prairies ressemblent à des paillassons bruns. En maints endroits, on aperçoit de vastes portions de terre sèche. J’ai dû entamer la réserve de fourrage pour l’hiver qui se trouve déjà bien amoindrie. La situation est donc vraiment préoccupante. Les 5 000 litres de réserves d’eau de pluie mis en place sur la ferme et qui servent à abreuver les animaux sont quasiment vides.

Côté légumes et arbres fruitiers, la situation est tout aussi préoccupante. Mi-août, il a fallu descendre la pompe du puits de 2 m supplémentaire car la lame d’eau a baissé sérieusement. Il y a quelques années, l’eau commençait à 14 m, maintenant elle est à 16 m. Malgré les paillages mis en place sur toutes les cultures et l’irrigation en goutte-à-goutte, l’arrosage des légumes a été très fastidieux cette année. Et depuis quelques jours le vent d’Autan achève d’assécher le peu d’humidité qui pouvait encore subsister au sol.

Que de lamentations dans ce billet. Mais son objet est en fait de lancer un appel à la responsabilité de chacun pour économiser l’eau et l’utiliser à bon escient. Lorsque je vois le mal que nous avons pour abreuver nos animaux et arroser nos cultures, je ne comprends pas la légèreté du comportement de certains agriculteurs des environs qui irriguent une partie des routes en même temps que leurs cultures ! Ne serait-il pas préférable que tout le monde y mette du sien pour le bien de tous ?

Il paraît évident que l’eau devient une ressource beaucoup moins abondante que par le passé. J’enregistre la pluviométrie depuis 8 ans et durant cette période il y a eu 2 années avec à peine 500 mm de pluie. Cette année semble partie pour être du même acabit (Cf Enregistrements pluviométrie). Ces volumes de précipitations n’ont rien à envier à la zone soudano-sahélienne de l’Afrique ! Si la sécheresse persiste nous connaîtrons de réels problèmes.

je profite donc de ce billet pour lancer un appel à toutes les personnes de bonne volonté afin d’économiser et de préserver l’eau. Il existe de nombreuses manières d’économiser cette eau (récupération d’eau de pluie, arrosage au goutte-à-goutte, paillage des cultures, mise en place de toilettes sèches, …) et de préserver sa qualité (pas d’usage de désherbants ou de pesticides de synthèse, …). A chacun de faire sa part.