Un mois de juillet désespérément sec…

Étiquettes

, , , , ,

5 mm seulement ! C’est la quantité de pluie qui est tombée en ce mois de juillet 2020 chez nous en basse vallée de l’Ariège. Et c’est la plus faible quantité de précipitations enregistrée pour un mois de juillet depuis 2005, année depuis laquelle nous enregistrons la pluviométrie. Le mois de juillet le plus sec était justement jusqu’à présent celui de 2005 avec 11 mm de précipitations enregistrées et la moyenne des précipitations pour un mois de juillet depuis 2005 est de 52 mm… très loin des 5 enregistrés.

Ajouté à ce déficit de pluviométrie, les températures très élevées que nous avons connues et qui ont provoqué des échaudures sur de nombreux arbres. Dans certains endroits de la ferme, même les ronces accusent le coup.

 

Et si l’on ajoute à tout cela les sécheresses que nous avons connues en fin d’été et début d’automne depuis au moins 3 ans, la situation de la végétation pérenne n’a rien de florissante : de nombreux arbres meurent après avoir été affaiblis depuis ces années.

Les changements climatiques sont bien réels et nous nous en apercevons de manière dramatique depuis quelques années. L’enjeu de l’eau devient donc plus que crucial et nous devons nous attacher à trouver toutes les solutions possibles pour garder de l’eau sur dans nos sols, pour arroser nos cultures, abreuver nos animaux…

L’approvisionnement en eau sur un site doit donc plus que jamais provenir de plusieurs sources : puits, récupérations d’eau de pluie, mare, retenues collinaires, baissières, etc… Autrement dit, pour gagner en résilience, dans un système une fonction doit être assurée par plusieurs éléments…

 

Stage « Cheminons vers l’autonomie » du 3 au 7 août avec Terre & Humanisme

Étiquettes

, , ,

0001

Pour la cinquième année consécutive, nous accueillons le stage « Cheminons Vers l’Autonomie » de l’association Terre & Humanisme.

Il aura lieu dans quelques semaines, du 3 au 7 août. Il reste encore des places, n’hésitez pas à vous inscrire en contactant Terre & Humanisme.

L’objectif de ce stage est de donner un certain nombre de bases et de pistes pour celles et ceux qui souhaitent aller vers de l’autonomie familiale. La semaine est organisée par demi-journée avec une thématique particulière à chaque fois.

Pour le prochain stage les thèmes abordés et les intervenants sont les suivants :

  • Qu’est-ce que l’autonomie ? Présentation de la ferme agroécologique la Fustière et de la démarche d’autonomie poursuivie.
  • Techniques de bases et outils de travail du bois avec Patrick CHARMEAU (auto-constructeur de la maison CHARMEAU dans la région toulousaine) : réalisation de petites constructions et visite du site à proximité de la Fustière
  • Autonomie énergétique et alimentaire : appareils de cuisson et de séchage économes et fabrication et cuisson de pain au levain avec Patrick CHARMEAU et Emmanuel CHEMINEAU (auteur de ce blog).
  • Autonomie au jardin – démarrer son jardin sans travail du sol et gérer la fertilité avec les matières organiques (mulchs nourriciers, couverts végétaux et composts) avec Emmanuel CHEMINEAU.
  • Autonomie alimentaire et santé : les plantes sauvages comestibles et médicinales avec Bettina SENTENAC, ethnobotaniste et herboriste.
  • Autonomie et santé : préparations familiales à base de plantes avec Valérie VANNESTE, animatrice en agroécologie et jardinière en Ariège
  • Autonomie au jardin et à la maison – gestion de l’eau : récupération d’eau de pluie, systèmes d’irrigation, paillages, toilettes sèches avec Emmanuel CHEMINEAU.
  • Autonomie alimentaire : transformer le lait (fromages, crème, beurre,etc.) avec Véra MASURAT, qui mène un projet d’autonomie familiale depuis plus de 20 ans – visite du site à proximité de la Fustière
  • Autonomie au jardin : autoproduire ses semences avec Emmanuel CHEMINEAU.
  • Autonomie et animaux : introduction aux petits élevages avec Emmanuel CHEMINEAU.

Voici le programme détaillé de cette semaine :

Capture_programme_CVA-2020

Il reste encore quelques places disponibles ! Alors n’hésitez pas à contacter Terre & Humanisme.

Quelques nouvelles du jardin en ce début d’été

Étiquettes

, , ,

Voici quelques photos du jardin en ce début d’été 2020 :

Les cultures visibles sur les photos : carottes associées à des poireaux, courgettes, laitues associées à des tomates, choux associés à des laitues, concombres associés à du maïs, etc…

La spirale à aromatiques :

 

Et la première coupe de foin sur la parcelle agroforestières (après 3 à 4 passage en pâturage par les brebis depuis la fin du mois de février) :

Travaux du week-end du 9 mai 2020

Étiquettes

, , , , ,

Ce week-end nous avons décidé d’avancer entre autre les travaux de plantation des légumes d’été au vu des prévisions météorologiques plutôt favorables malgré la proximité des Saints de Glace.

Voici où en sont les pommes de terre :

Plantation des concombres et des courgettes sur une planche mulché avec de la tonte de gazon et dans un couvert végétal de phacélie roulée sur place :

Plantation de tomates et d’un pied de courgette sous tunnel dans un couvert de phacélie détruit à la main et gardé sur place comme mulch :

IMG_0960

Récolte des fèves semées à l’automne (hauteur moyenne d’1 m) :

IMG_0961

Et pour finir une petite vidéo pour montrer la plantation des tomates :

Soins naturels aux plantes : élaboration d’un extrait fermenté d’ortie

Étiquettes

, , , , , ,

 

La petite vidéo qui suit a été réalisée pour un cours sur les traitements naturels donnés dans le cadre de la formation BPREA du CFPPA ARIEGE-COMMINGES. Elle présente l’élaboration d’un extrait fermenté d’ortie de la cueillette à la mise en bouteille :

 

Soins naturels aux plantes : réalisation d’une pulvérisation foliaire

Étiquettes

, , , , , , , ,

C’est le moment de réaliser des pulvérisations foliaires pour améliorer la croissance des plantes potagères ou des arbres et stimuler leur système immunitaire (et oui les plantes ont un système de défense immunitaire pour parer à des attaques de ravageurs ou de maladies !).

La petite vidéo qui suit a été réalisée pour un cours sur les traitements naturels donnés dans le cadre de la formation BPREA du CFPPA ARIEGE-COMMINGES. Le traitement en question comporte des extraits fermentés d’ortie et de consoude ainsi que des EM (micro-organismes efficaces) :

Voici quelques vertus des plantes utilisées :

ORTIE :

On utilise la plante entière avant floraison. L’ortie fortifie et stimule la flore microbienne du sol et la végétation (amélioration de la fonction chlorophyllienne ; lutte contre la chlorose). Elle sert aussi d’activateur de compost.

L’extrait fermenté peut servir au trempage des semences à 2 % pour favoriser la germination des semences (24 heures pour les grosses graines type haricots et 12 h pour les petites graines à fin tégument type carottes) ainsi qu’au pralinage des racines des arbres, arbustes ou légumes. A 10 % en arrosage, il a un effet engrais soluble également. L’extrait est aussi très riche en micro organismes favorables au sol. Il peut aussi être utilisé en pulvérisation foliaire dilué à 2 %. On n’intervient pas en curatif avec l’extrait fermenté (c’es t à dire une fois la maladie installée). Il ne faut pas dépasser 2 traitements par mois en foliaire sauf pour les cucurbitacées pour lesquelles on peut aller jusqu’à 5
traitements par mois. L’extrait amène en effet beaucoup d’acides aminés.

CONSOUDE :

On utilise en général les feuilles fraîches avant floraison. Elle stimule la flore
microbienne du sol et de la végétation (fonction phytostimulante). Elle favorise la
pousse, le développement foliaire ainsi que la germination des graines. Les feuilles
fraîches peuvent servir d’accélérateur de compostage. Elles favorisent la multiplication et le développement cellulaire (la consoude est une plante médicinale utilisée dans la pharmacopée humaine). La consoude agit d’abord sur la cuticule des feuilles qu’elle épaissit pour en faire une barrière plus efficace contre les ravageurs. Au sol, elle entraîne un appel de faune et on peut observer une augmentation des populations de vers de
terre. Elle agit aussi sur les mycorhizes en provoquant leur prolifération ce qui permet de limiter les phénomènes de faim d’azote. Elle a aussi la faculté de rééquilibrer le sol en rétablissant sa polarité notamment après un labour, en cas de tassement excessif ou encore après usage de désherbant. L’extrait fermenté s’utilise en pulvérisation foliaire dilué à 2 %. Dilué à 5 % c’est un engrais soluble que l’on emploie en arrosage au pied des plantes (la consoude est riche en potasse).

Soins naturels aux plantes : fabrication d’un macérât huileux d’ail

Étiquettes

, , , , , , ,

L’ail est une plante fantastique avec de grandes vertus.

L’ail est efficace contre les pucerons, acariens jaunes et rouges, mouches de l’oignon, charançons, moustiques (mortalité entre 97 et 100 %), sur doryphores parfois. Il est aussi efficace contre un certain nombre de maladies cryptogamiques (oïdium sauf sur cucurbitacées). Il serait même efficace en tant que répulsif à gibier (chevreuil).

Si vous avez un traitement à réaliser sur une plante infestée par des pucerons, vous pouvez utiliser un macérât huileux d’ail à 5 % avec du liquide vaisselle écologique ou bien du savon à 3 %. L’effet conjugué de l’ail et du savon est redoutable.

Voici une petite vidéo que j’ai réalisée pour un cours sur les traitements naturels donnés dans le cadre de la formation BPREA du CFPPA ARIEGE-COMMINGES :

 

 

Beau temps mais où est la pluie ?

Étiquettes

, , ,

Encore une belle journée prévue aujourd’hui avec des températures plutôt élevée. Mais la pluie se fait attendre et l’eau commence à manquer à la végétation. Les 3 mm tombés hier seront largement insuffisants pour les cultures en place et pour la pousse de l’herbe dans les pâtures. D’ailleurs celle-ci est sérieusement ralentie par le manque d’eau et s’il ne pleut pas rapidement et abondamment la saison risque d’être très compliquée en terme de fourrages…

 

Pâturage tournant et agroforesterie

Étiquettes

, , , ,

Depuis le 22 mars nous avons attaqué un second passage en pâturage tournant sur la parcelle agroforestière. Le premier passage avait eu lieu fin janvier-début février. Le troupeau de brebis et chèvres naines (une douzaine d’adultes et une dizaine d’agneaux) est parqué sur de petites parcelles et y reste 2 à 3 jours. Les clôtures à base de filets électrifiables sont donc déplacée au fur et à mesure pour créer les parcs et protéger les arbres encore jeunes.

Avec la pousse de printemps, il est possible de faire plusieurs rotations sur ces parcelles toutes les 3 à 4  semaines environ.

Jardin de confinement…

Étiquettes

, , , ,

Voici quelques photos du jardin en ce 14ème jour de confinement lié à la pandémie de Covid-19. On peut voir sur ces photos l’illustration d’un certain nombre de techniques agroécologiques.

Cela commence bien sûr par des semis à chaud :

Semis pleine terre de carottes après solarisation avec une bâche transparent (15 jours) puis occultation à la bâche noire (3 semaines) :

Plantation des pommes de terre fin février sous mulch de tontes ou de pailles et dans un couche de fumier de brebis épandu en début d’hiver :

Couverts végétaux avec mélange féveroles/phacélie ou phacélie pure sur des planches permanentes :

Plantation sur sol non travaillé avec résidus de cultures et après occultation à la bâche noire :

Et pour finir quelques vues du jardin potager :